Europa Linka

13 mars, 2009

-De la simplicité volontaire

Classé dans : Politique — europalinka @ 18:07

Lisant ces derniers jours l’Idiot de ce cher Dostoïevski,  voilà que je me dis soudain : quelle arme effrayante que la sincérité ! La simplicité et la naïveté d’une question ou d’un regard peuvent la rendre littéralement explosive. Elle donne d’ailleurs à ce texte sa force captivante. C’est ainsi que le prince Mychkine fait exploser toutes les situations sociales dans lesquelles le hasard le pousse. Tous les torts sont de son côté, il est épileptique, sincère, amoureux de chaque humain, même du plus criminel, et surtout, il porte dans sa simplicité une atroce lucidité. Jouons un peu à ce jeu de la simplicité pour nous extraire des biais médiatiques trop quotidiens. Jouons… Tiens, prenons le cas de Julien Coupat dont la demande de liberté vient d’être rejetée aujourd’hui (vendredi 13 février) par la cours d’appel de Paris. Ce jeune homme anarchiste soupçonné sans la moindre preuve tangible de culpabilité est en prison sans avoir eu droit à un procès depuis maintenant près de quatre mois. Avec des yeux simples, que peut-on comprendre de cette histoire ? Qu’un homme est détenu sans preuve et sans procès sur la base d’un élément : ses convictions politiques. Par conséquent, disons les choses le plus simplement du monde, des opposants politiques sont incarcérés en France, sans preuve et sans procès. On oublierait presque de s’en étonner. Certes, quiconque est attentif voit l’état de droit et les libertés individuelles s’effriter de jour en jour en France. Même l’inénarrable parti socialiste publie ces derniers jours un livre noir des libertés publiques, intitulé «La France en libertés surveillées».  Toutefois, il convient de garder à l’esprit la vérité nue de chaque chose. Fermez les yeux, ouvrez-les et dites tranquillement, avec la voix la plus sincère : des opposants politiques sont incarcérés en France, sans preuve et sans procès. Ce n’est pas étonnant, c’est insupportable. L’exercice pourrait être intéressant avec d’autres sujets. Ainsi cet étonnant et récurrent débat sur les OGM. À mon sens, le problème sanitaire est absolument secondaire. Une vision naïve porterait plutôt à comprendre le problème en termes de propriété des moyens de production. Un paysan du Lubéron doit-il dépendre d’un industriel américain pour recevoir chaque année ses semis ? Doit-on abandonner tout rapport non-industriel à la nature ? Peut-on stériliser la nature pour que rien n’échappe à notre contrôle et à notre appétit du gain ? Cette gymnastique de simplicité volontaire me paraît distrayante et propre à aiguiser l’aptitude à reconnaître l’injustice là où elle se trouve. Je serais donc, moi aussi, quelques minutes par jour, un idiot afin de conserver un peu de clarté dans mes opinions politiques et dans mes raisonnements.

Alexandre Duclos,

Québec, le 13 Mars 2009.

dostoievski02.jpguntitled1.bmpuntitled.bmp

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...