Europa Linka

23 avril, 2009

Archéologie d’une ignorance

Classé dans : A voir et à  manger,Politique,Pour les Papouètes — europalinka @ 19:43

Image de prévisualisation YouTube

 Voici un peu de matière à penser, une fantasmagorie animée produite dans une Hongrie qui était encore une démocratie populaire. L’ignorance de ces créations  qui fleurent bon l’autre côté du mur, de leur utilisation dans la domination des consciences est dommageable à deux titres. On ignore en même temps un point passionant d’histoire de l’art et un élément de sciences politiques (comment les pouvoirs d’hier et d’aujourd’hui peuvent utiliser les fantasmagories animées, les contes et les mythes nationaux pour assurer leur domination). Bonne séance. La rédaction.

 

(more…)

21 avril, 2009

-L’idiome de la modernité, une affaire de style.

Classé dans : Essai théorique — europalinka @ 21:52

Il y a près d’un demi-siècle, Hannah Arendt exposait son idée de brèche entre le passé et l’avenir comme élément de pensée pour nous autres modernes. Les sujets qu’Arendt choisit dans La Crise de la Culture[1] pour s’essayer dans cet élément de pensée interrogent sans relâche cette „brèche”. Tacitement impliquée dans chaque thème abordé (l’histoire, l’autorité, la liberté etc.) la question demeure: comment s’y prendre? La modernité, telle que l’envisage ce philosophe d’après-guerre, se laisse ainsi concevoir comme une affaire de style. 

 20070613charjacquesrobert.jpgarendt.jpg

René Char et Hannah Arendt accompagnent cet article.

(more…)

17 avril, 2009

Victory over violence

Classé dans : Non classé — europalinka @ 15:03

Les présentes réflexions sur la violence sont nées dans un contexte quil convient de relater. Hier soir, devisant avec un ami dans un café québécois, nous fûmes abordés par un grand bonhomme, sans âge, la verve folle alternativement anglaise et française, et dont le décousu faisait fuir les clients alentours. Après nous avoir raconté ses rencontres divines, ses incarcérations, ses illuminations en chiffre, il nous livra le secret de ses jours : victory over violence

communardsfusillesyl51.jpgtelecomgandhi.jpg

Les cadavres de communards côtoient ici, pour les besoins de la cause, le mahatma Gandhi.

(more…)

-Victory over violence

Classé dans : Non classé — europalinka @ 5:00

Les présentes réflexions sur la violence sont nées dans un contexte quil convient de relater. Hier soir, devisant avec un ami dans un café québécois, nous fûmes abordés par un grand bonhomme, sans âge, la verve folle alternativement anglaise et française, et dont le décousu faisait fuir les clients alentours. Après nous avoir raconté ses rencontres divines, ses incarcérations, ses illuminations en chiffre, il nous livra le secret de ses jours : victory over violence. Il avait visiblement traversé toutes les misères pour venir délivrer ce message. Le VOV semblait dans sa bouche un sigle franc-maçon puissant et mystérieux. Cest par ailleurs le nom de petites associations mais notre illuminé ne nous parlait pas de ça. Ces mots magiques délivrés dans un souffle délirant sont un gouffre. Or un gouffre mérite toujours un détour.

 communardsfusillesyl52.jpgtelecomgandhi2.jpg

Les dépouilles de communards côtoient ici, pour les besoins de la cause, le mahatma Gandhi.

(more…)

10 avril, 2009

-Promenade européenne

Classé dans : Politique — europalinka @ 3:59

En dehors de l’actualité médiatique sautillant avec sa trivialité rentable et quotidienne de la Moldavie à l’Hadopi, qu’est-ce que l’avenir immédiat nous promet ? Peu de choses réjouissantes et entre autre, des élections européennes (les 6 et 7 juin prochain). Pour qui dois-je voter ? Mauvaise question. Commençons par l’élémentaire. Irais-je voter? Oui, par habitude sans doute, mais enfin, quel sens donner à cette action ? La participation en France aux scrutins européens ne cesse de baisser passant de 60,7 % en 1979 à 43,1% en 2004. Alors que l’Europe accroit sans cesse son pouvoir régulateur voire coercitif, les citoyens français s’y intéressent de moins en moins. Pis, ils ont rejeté par référendum la constitution européenne en 2005. Ils doivent avoir leur raison. Prenons la question par la poignée.

europenuit.jpgeurope.jpg

(more…)

6 avril, 2009

-Pour les papouètes

Classé dans : Pour les Papouètes — europalinka @ 14:53

Je me souviens de la Sorbonne.

Poème un peu long dédié à Sophie Poirot Delpech, ma très chère et très honorée professeure. Et Odradek qui s’en dédie.

Envoi : Mein herr Marquis,  Vous êtes un nain moral et je vous ris au nez. Ah ah ah ah, ah ah ah ah, hihihihihihihih! 

Je me souviens de la Sorbonne,

C’était un musée parisien, ou bien,

Une bouteille vide

Pleine de tics administrateurs.

Il y a un livre ouvert là bas, un livre ouvert depuis des siècles,

Qui ne se refermera pas malgré les doigts qui le referment.

Il aime penser à côté. C’est un arbre et une racine,

Une discussion sans fin qui s’aime elle-même.

Dans les couloirs de la Sorbonne

Il y a des gouffres verrouillés

Et des monstres emprisonnés.

Venez applaudir le spectacle!

Il y a la pensée pendouillée!

(le billet coute dix euros

On peut lui jeter des patates) 

Il y a l’audace éventrée.

(La séance est à cinq euros

On peut la tartiner de boue)

C’est très joli, c’est très bien fait,

Merveilleusement calculé.

Je me souviens de la Sorbonne,

Je marchais sur ses toits en pente

Suivant la respiration lente

De cette maison bousculée

Par l’armée lâchée. Par l’armée ?!

Par l’armée porcine et bleue

Qui se pressait devant sa porte

Et qui sévit peut-être encore,

En uniforme à gaz moutarde.

Je me souviens de la Sorbonne

Entourée par un mur de fer.

Je me souviens de la Sorbonne

Un peu avant, c’était encore

L’université minuscule

Des petites peurs ridicules,

Grouillant de mycoses peureuses.

Je me souviens de la Sorbonne

Quand c’était encor’ ma maison,

Quand c’était encor’ ma femme

(Je dis Ma car elle est à tous).

Dans cette Sorbonne on voyait

Des fous dormir dans les bureaux

Un vieux Monsieur découpant des journaux

Un autre collectionnant les gobelets

Et même, Ô miracle impensable,

Des tas d’étudiants étudiant,

Des tas d’étudiants étudiant,

Des tas d’étudiants étudiant.

Triturant, malaxant, arrosant, embrassant, souffletant, partageant, traduisant, accouchant, colorant, démasquant, oubliant, retrouvant, maquillant la pensée comme si c’était en même temps un nourrisson et tous les monstres possibles.

On y voit aussi des meubles humains sociopathes qui croient que la Sorbonne est juste à la Sorbonne. Ils pensent que comme eux, c’est un  meuble administratif. Pauvres innocents, pauvres petits enfants de Dieu. S’ils la voyaient voler et puis renaître ici ou là. Et puis c’est une Alchimie simple,  elle sait penser contre. Son désir est norme et sa norme est désir. La Sorbonne est une idée, une secte, une tradition, une membrane, une chorale, un champ de bataille, un corps fait de couloirs vivants et d’amphithéâtres affamés, et quelque fois, lorsque les violons ont la disgrâce de grincer un peu, c’est aussi une université. C’est une magie fragile et féconde. Lorsque la membrane est desséchée, elle s’effoire avant de tomber en poussière, une poussière qui valse longtemps dans les airs tant le nouveau sol lui parait impropre.  Les poussières de la Sorbonne valsent dans les airs et jouent à qui rêve le plus loin. 

Ils vont tuer la vieille bête!

Ces petits pantins fanatiques,

Ils vont assassiner grand-mère

Avec un air bureaucratique.

Ils vont vomir, ils vont vomir!

Et tout ensevelir sous leur colique mentale

(La soif de contrôler peut nuire à la santé!).

On va enfin pouvoir en finir avec les humanités et mettre au pas le troupeau de ceux qui ne veulent pas ranger leur chambre comme tout le monde. L’innocence et la masturbation triomphe ! On va mettre au pas papa Sorbonne bobo maman j’ai faim et les huitres  sentent le tungstène. Les ministres batifoleraient presque, n’étaient leurs robes guindées. Et puis c’est la loi, quand on étouffe la Sorbonne avec des trolls bleus, Vénus boude, la verve est en berne, la berne est en verve, et l’attrait pend au cou du vide.

Qu’ils valsent les trolls-ministres… Ils ne voient pas dans un coin le petit marmot qui rit en caressant tendrement, de sa petite main de poupon rose la grosse gâchette lustrée de l’arme à feu qui renverra toutes les ardeurs gestionnaires dans l’utérus totalitaire. C’est l’arme à doute, c’est la philia et c’est le temps.

Mein herr Marquis,

Vous êtes un nain moral et je vous ris au nez.

Ah ah ah ah, ah ah ah ah, hihihihihihihihihi.

Réponse du berger à la bergère 

Écoécoécononomienomosnomosdessousetdelapageblanchepleinedegrilles

Ratioratiorationementdetoutoutoutetmêmeduresteetpuissurtoutduresteti

enControcontrocontromaitriselogologorythmieoubienlogorhéerentablelog

orhéerentableetpeurpeurpeurpeurdumiroirvilainmiroirdupasséimproduct

ifquiveutfaireressortirlesvieuxtigresdumiroirmaintenirlabrèchemainteni

rlabrèchecouperlesregardscouperleslienscouperetlaissernousnousmastur

beravecnotrerichesseasocialemasturbermasturbercarlajouissancelajouiss

anceseulseulseulseuledonneunrangetrangéetsurtoutpasétrangéj’aimontam

poncertifiéetjevousceertifieraitoustousautampon,j’aitoutcalculétoutestenor

dreécoécoécononomienomosnomosdessousetdelapageblanchepleinedegrilles

dodododoordreordreordrecriscriscrisjouisdodododseul 

 

  Alexandre Duclos

Le 06 avril 2009

4 avril, 2009

-OTAN, G20 et fin du monde.

Classé dans : Et mon courroux coucou,Intempestifs — europalinka @ 19:22

Comme ils sont beaux, ces sommets internationaux ! Voilà le sort du monde tremblotant dans les mains prétentieuses de dirigeants surfaits. Les contestataires sont maintenus au loin par des armes, du gaz et des barrières et la mise en scène peut dérouler tous ses artifices. La foule est bien maitrisée, on peut prendre la photo. Et si ces manifestations de puissance ne relevaient que de ce qu’Hannah Arendt appelle l’acosmisme ou la négation et la destruction du monde. Obama, Brown, Sarkozy, Merkel, Hu Jintao, Berlusconi, chacun revendique pour soi une sotériologie vibrante. En offrant au capitalisme un répit, c’est le monde entier que l’on sauve. On se glorifie de dire à mi-voix ce que tout le monde sait déjà (il y a des paradis fiscaux, bien plus d’ailleurs que ces listes grises et noires le laissent entendre). Hourra, nous sommes sauvés ! Le FMI va avoir des ressources (1100 milliards d’euros supplémentaires). Hourra, nous avons oublié l’effet des précédentes politiques du FMI (Russie, Argentine, Asie du sud-est) qui ont mené l’ancien président de cette institution Joseph Stieglitz à parler de ses anciens collaborateurs comme des fanatiques de marchés (cf. La grande désillusion). Bref, quoiqu’il en soit de l’efficacité des mesures prises par nos chers dirigeants, il reste un point que l’on ne peut ignorer.

p964268d882773gapx470wouestfrance.jpg 229273ir0001j14ndbr.jpg

(more…)

alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...