Europa Linka

10 août, 2009

Recension du mois : Hard Times

Classé dans : Essai théorique,Politique — europalinka @ 16:44

 Hard Times, An oral history of the Great Depression, de Studs Terkel. Pantheon Books, 1970.

1340200.jpg

« It is simply an attempt to get the story of the holocaust known as the Great Depression from an improvised batallion of survivors »

Ce livre est un trésor. Un trésor tenant à la fois de la leçon d’humilité et du tableau vivant. Studs Terkel invente ou réinvente dans ce livre une forme de chronique, écrite a posteriori et qui ne relève pas du témoignage d’un écrivain éclairé mais de la cueillette patiente et fine d’un grand nombre de témoignage. L’auteur disparaît presque totalement de cet ensemble de témoignages qui recompose sous nos yeux la vie et la mémoire de la crise qui débuta en 1929. Il prétend ne pas apporter de méthode, de statistique, de rigueur universitaire; sa méthode est en réalité confondante de rigueur et d’efficacité. Il écoute et transmet. L’abondance de témoignage (que l‘on compte par centaine) et leur simplicité volontaire parviennent à rendre ce qu’aucun effort de sociologie quantitative ne pourrait apercevoir.


Ce qui étonne au fur et à mesure de la lecture, c’est que des personnes très différentes construisent dans leur discours une image cohérente, un souvenir relativement uniforme, comme si un accord implicite reliait les sensibilité. On est ici confronté sans paradiscours ou autre interprétation hâtive à la construction de la mémoire collective, et au travail de quelue chose comme un inconscient collectif.


Evidemment, en période de crise, c’est-à-dire essentiellement, en période d’épidémie de misère, une relecture de ce que les gens ont pu ressentir et retenir de la crise (en l’occurrence aux USA) est riche d’enseignements. Extraits. Un poète qui trouve encore, par miracle, des acheteurs pour ses vers décrit ses balades à New York, de soupes populaires et breadlines, de can you spare me a dime en can you spare me a dime (ce qui ne nous rappelle aucun élément de notre quotidien…) et prête ces paroles à une personne écrasée par la misère : « This is the man who says : I built the rail roads. I built that tower. I fought your wars (…) Why the hell should I be standing in the line now ? What happened to all this wealth I created? »


Comme elle est juste, cette question, et comme on oublie de la poser. La richesse est créé par le travail de chacun mais dans le cas de ces grandes crises financières, la richesse est sortie de l’économie réelle pour entrer dans le jeu de la spéculation, jeu gratuit et absurde qui se moque totalement de ses conséquences sociales.


Un courtier de l’époque, fier de son travail qu’il a poursuivi jusqu’en 1968 nous raconte : « It was not only brokers involved in margin accounts. It was banks. They had a lot of stinking loans. The baks ore in a casual way as the brokers did. » Tiens, tiens…Ca alors. Mais il ajoute : « I don’t find people remember depression. (…) It never resulted in revolution ». Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de la communauté de crime économique entre 1929 et 2009.


Les récits des luttes et des grèves de l’époque sont particulièrement captivantes, elles ont dans les paroles de ceux qui les ont faites l’apparence de transes collectives. Un dernier passage pour la route:


« Books told us about guys jumping out of windows. But it didn’t tell us GM made fantastic profits all those years. Our tex books tell us everybody got fucked. That isn’t true. A lot of guys, Joe Kennedy for instance, made tremendous profits during this period ».


On pourrait en lisant cet ouvrage être tenté de reproduire l’effort de Terkel. Ce serait aller trop vite en besogne. Cet ouvrage nous enseigne que la mémoire est une perception à la fois collective et individuelle et qui se construit sur le temps long. Il faut laisser à la pensée sociale le temps de se faire.


La rédaction.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...