Europa Linka

17 août, 2009

-L’homme-ciment et le poète

Classé dans : A voir et à  manger,Et mon courroux coucou,Pour les Papouètes — europalinka @ 18:47

Que le tonnerre s’abatte sur l’humanité ! C’est un scandale. La dernière personne célèbre à avoir utilisé l’œuvre de l’immense poète W.H. Auden n’est autre que Carla Bruni dans sa chanson « At last, the secret is out ». Voilà  l’abominable mélange de deux monstres très différents.

Image de prévisualisation YouTube

Ces deux personnages sont monstrueux pour des raisons différentes. W.H. Auden était épouvantablement laid. Sa face semblait faîte d’un ciment en état de décomposition avancée. Il vieillit d’ailleurs très prématurément. Sa poésie est par ailleurs d’une atroce simplicité. Il bouleverse par la pureté, parfois la sécheresse de son style. Même son humour est émouvant. La première dame de France est un monstre d’utilitarisme, de beauté et d’efficacité médiatique. Deux feuilles mortes, deux amertumes et deux conceptions toutes différentes de la dignité ! Mais peu importent les mensonges et les impostures :

« A sentence uttered makes a world appear

Where all things happen as it says they do;

We doubt the speaker, not the tongue we hear:

Words have no word for words that are not true ».

(Collected shorter poems).

Image de prévisualisation YouTube 

C’est un poète que j’aime et par ailleurs, la poésie anglaise ne semble plus faire partie de l’enseignement des humanités dans les classes. Il nous faut donc corriger cette lacune tant la poésie anglophone offre des merveilles parmi les merveilles. On connait encore Shakespeare mais connait-on Coleridge, Blake, Shelley, Wordsworth, Donne, Wilde, Brontë, Keats, Yeats, Lawrence (…) ? On ne peut pas tout connaître mais un voyage dans les contrées surprenantes de cette poésie peut commencer avec Auden.    

 

Image de prévisualisation YouTube

Wystan Hugh Auden est né à York (Angleterre) en 1907 (il devint plus tard citoyen américain). Elevé dans une ambiance très religieuse, il développe simultanément un intérêt pour les sciences naturelles et pour la poésie. Ce premier amour marquera d’ailleurs étrangement son écriture qui malgré son humour, son étrangeté et sa force gardera toujours un côté analytique, réduisant, décomposant jusqu’aux éléments les plus simples la vie de tous les jours. Il écrivit des livrets, des pièces de théâtre et des poèmes. Ces derniers peuvent d’ailleurs avoir une véritable qualité visuelle. Il fit partie à la fin des années 1920 du Groupe d’Oxford réunissant de jeunes auteurs talentueux (Stephen Spender, Christopher Isherwood, Cecil Day Lewis et Louis MacNeice) et très engagés à gauche (quoique les pièces d’Auden mettant en scène Marx relève plus du nihilisme que d’une quelconque forme de marxisme. Ces gens révolutionnèrent la poésie anglaise de leur temps. En 1937, il prit part à la guerre d’Espagne comme ambulancier aux côtés des Républicains. S’il ne fut pas ouvertement pacifiste, on peut le rapprocher du compositeur Britten qui fut son contemporain, avec qui il collabora, et dont la poésie et l’homosexualité éclatent dans des registres voisins.

Marié en 1935 à Erika Mann, fille de Thomas Mann afin qu’elle échappe à l’Allemagne nazie, il eut surtout des amants dont le plus durable fut Chester Kallman est dédié Funeral Blues :

Image de prévisualisation YouTube

Profondément marqué par la seconde guerre mondiale et notamment par la shoah, son écriture changera pour devenir à la fois plus mystique et plus débonnaire, plus raffinée, moins engagée politiquement (et laissant par ailleurs de côté les références nombreuses à la psychanalyse qu’il faisait auparavant).

Hannah Arendt (Cf. En souvenir de W.H Auden) admirait dans l’homme la vocation de poète, le sacerdoce qu’il s’était imposé, vivant comme un clochard au dessus des divinités, et se donnant comme devoir de témoigner de toutes les réalités du siècle pour y trouver malgré tout des beautés suffisantes pour garder l’espoir et l’envie de lutter. Reprenant le rythme et la structure du Tiger, tiger, burning bright/ In the forest of the night/ What immortal hand or eye/ Dare frame thy fearfull symetry (William Blake, Songs of innocence and experience), il écrit en mémoire de Yeats : 

In the nightmare of the dark/ All the dogs of Europe bark/ And the living Nations wait, / Each sequestered in it’s hate.

Intellectual disgrace/ Stares from every human face,/ And the seas of pity lie/ Locked and frozen in each eye.

Follow, poet, follow right, /To the bottom of the night,/With your unconstraining voice/Still persuade us to rejoice.

With the farming of a verse/ Make a vineyard of a curse, / Sing of human insuccess/ In a rapture of distress.

In the deserts of the heart,/ Let the healing foutain start/ In the prison of his days/ Teach the free man how to praise.

 

Image de prévisualisation YouTube

  Devant tant de grâce et parce que parfois, il faut payer de sa personne, l’auteur de ces lignes va se sacrifier. Vous trouverez dans la vidéo ci-dessous la lecture d’un des plus beaux poèmes d’Auden qui hélas ne se trouvait pas sur youtube. Il vous sera livré avec un accent macéré dans des cuves de franchouillardise éhontée, c’est pourquoi le texte suit.

Image de prévisualisation YouTube

Danse Macabre

 

“It’farewell to the Drawing-room’s mannerly cry

The professor’s logical whereto and why,

The frock-coated diplomat’s polished aplomb,

Now matters are settled with gas and with bomb.

 

The works for two pianos, the brilliant stories

Of reasonable giants and remarkable fairies,

The pictures, the ointments, the frangible wares

And the branches of olive are stored upstairs.

 

For the Devil has broken parole and arisen,

He has dynamited his way out of prison,

Out of the well where his Papa throws

The rebel angel, the outcast rose.

 

Like influenza he walks abroad,

He stands by the bridge, he waits by the ford,

As a goose or a gull, he flies overhead,

He hides in the cupboard and under the bed.

 

O where he to triumph, dear heart you know

To what depth of shame he would drag you low;

He would steal you away from me, yes my dear,

He would steal you and cut off your beautiful hair.

 

Millions already have come to their harm,

Succumbing like doves to his adder’s charm;

Hundred of trees in the wood are unsound:

I’m the axe that must cut them down to the ground.

 

For I, after all, am the fortunate one,

The Happy-Go-Lucky, the spoilt third son;

For me it is written the devil to chase

And to rid the earth of the human race.

 

The behaving of man is a world of horror,

A sedentary Sodom and slick Gomorrah,

I must take charge of the liquid fire

And storm the cities of human desire.

 

The buying, the selling, the eating, the drinking,

The disloyal machine and the irreverent thinking,

The lovely dullards again and again

Inspiring  their bitter ambitious men.

 

I shall come, I shall punish, the Devil be dead,

I shall have caviar thick on my bread,

I shall build myself a cathedral for home

With a vacuum cleaner in every room.

 

I shall ride the parade in platinum car,

My features will shine, my name will be star,

Day-long and night long, the bells I shall peel,

And down the long street I shall turn the cart-wheel.

 

So Little John, Long John, Peter and Paul,

And poor Little Horace with only one ball,

You shall leave your breakfast, your desk and your play

On a fine summer morning the Devil to slay.

 

For it’s order and trumpet and anger and drim

And power and glory command you to come;

The graves will fly open to let you all in,

And the earth be emptied of mortal sin.

 

The fishes are silent deep in the sea,

The skies are lit up like a Christmas tree,

The star in the West shoots it’s warning cry:

“Mankind is alive but mankind must die”.

 

So good-bye to the house with it’s wall-paper red,

Good-bye to the sheets on the warm double-bed,

Goodbye to the beautiful birds on the wall,

It’good-bye, dear heart, good-bye to you all.”

 

Alexandre Duclos

 

Paris, le 18 aout 2009.  

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...